Les différents types de dilutions

Nous aborderons ici en résumé les différents types de dilutions dans la parfumerie moderne, des années 1900 à aujourd’hui.

L’extrait de parfum

Pour commencer, se trouvent au sommet de la pyramide du luxe et de la qualité, les extraits de parfum. C’est la dilution la plus concentrée et, pour cette raison, la plus chère.
À l’origine, c’était d’ailleurs la seule et unique version d’un parfum. La résultante du long travail d’un maitre-parfumeur. Les dames de la haute société le portaient en soirée, comme un ornement. Il est préférable de le déposer en tapotements aux points chauds plutôt qu’en vaporisation.

L’eau de parfum

Puis, lorsque la TVA sur les produits de luxe fut majorée à 33% en 1970, on développa l’eau de parfum. Celle ci, bien que moins riche en concentré que les extraits de parfum, garde tout de même un dosage assez conséquent.
Sa tenue est particulièrement bonne et en fait un excellent compromis entre raffinement et opulence.

L’eau de toilette

Par la suite, et dans le but de démocratiser l’usage du parfum à des utilisations moins exclusives, on commercialisa l’eau de toilette, beaucoup plus abordable, et bien moins concentrée.
Plus confortable en été ou au travail, sa tenue est généralement moindre, et les pyramides olfactives s’orientent plus volontiers vers des formules fraiches et dynamiques.

L’eau de Cologne

Au départ, cette appellation vient de la ville éponyme, où le parfumeur Farina s’installa au début du 18ème siècle. Son parfum s’exporta dans les cours Européenne et connut un grand succès. Elle désigne de nos jours une formule au faible dosage, aux notes fraiches et vertes, pour une utilisation matinale ou rafraichissante.

Les eaux fraîches, et les autres…

Enfin, il existe aujourd’hui une multitude de dénominations qui n’ont d’autre ambition que le marketing. En effet, aucune réglementation ne vient encadrer ces noms, et une eau de parfum peut tout à fait contenir moins de concentré de parfum qu’une eau de toilette.

Ce qu’il faut retenir, c’est que la concentration d’une formule ne fait pas tout. Certes cela influe sur la manière dont les notes olfactives vont s’exprimer. Cependant un parfum n’a que la tenue de ses notes. Une fragrance fraiche et estivale, même dosée à 50%, n’aura pas la tenue d’un oriental ambré 4 fois moins dosé.

Voilà, vous en savez désormais un peu plus sur les différents types de dilutions en parfumerie, à bientôt pour d’autres articles !

La boutique
Whatsapp

Panier
Accueil
Mon compte
Panier
Chercher
Vous recevrez une notification Nous vous informerons du retour en stock de ce produit, entrez simplement un email valide ci-dessous.

No fields found, please go to settings & save/reset fields

Retour en haut
×